Retour menu maquettes
Retour accueil

 

C'est un Kwak néerlandais transformé pour la plaisance inspiré du Kwak de Volendam. Il fut construit en 1876 et transformé en 1994.

Longueur de coque: 15,28 mètres. Largueur: 4,55 mètres. Creux: 1,99 mètres.

Le Hoogaars est sans doute le bateau zélandais le plus connu. C’est à l’origine un chaland de transport fluvial, qui s’est progressivement transformé en embarcation de pêche. Comme beaucoup de bateaux anciennement gréés à livarde, les Hoogaars adoptent parfois la voile à corne, sans doute plus commode à manœuvrer.

Les Botter et les Kwak , presque semblables, sont encore plus nombreux que les Hoogaars. Ils sont gréés d’une grande voile dont la courte corne cintrée très caractéristique désigne à coup sûr un bateau néerlandais. D’une longueur supérieure, ils peuvent braver la haute mer. Ils pratiquaient les filets et les cordes, parfois le chalut qui pouvaient être remorqué en « bœuf » par deux bateaux bord à bord.

Déjà vers 1500, la ville de Elburg est un haut lieu de pêche avec son propre marché au poisson. Les principales prises étaient le hareng de mer, l'anchois et l'anguille. Au milieu du 18ème siècle, la pêche à Elburg était à son apogée avec une flotte de 72 navires. En 1900, le Zuiderzee comptait environ 3000 grands botters et 7000 plus petits. L'équipage comportait en moyenne 12 personnes. En 1932, avec la construction de la grande digue, le nombre de pêcheurs à fortement régréssé.

Aujourd’hui, notamment sur les eaux protégées du Zuiderzee, ces bateaux magnifiquement restaurés sont réarmés ou transformés à la plaisance par des amateurs passionnés. Les viviers sont supprimés et un habitacle est confectionné sur les 4/5ème du pont. Ils conservent toujours de jolies courbes et l’intérieur est très convivial et confortable. Les plus recherchés pour leur rapidité et leur tenue en mer sont les navires en bois. Une restauration approffondie coûte rapidement trés chère et ce coût serait encore plus grand si un grand nombre de volontaires ne réalisaient pas eux-même certaines tâches. Beaucoup ont recours à des donateurs et à des sponsors enthousiastes pour boucler le budjet necessaire à la restauration de tels navires, sans quoi ce serait impossible.

Ils sont de types Botter, Kwak, Poon, Hoogaars, Blazer, Cague, Hengst, Schouw, Boeieraak, Bouilleur, Staverse Jol en Hollande ou bien, Smack sur les côtes britanniques de l’Essex. Quelques-uns d’entre eux se réunissent même chaque hiver à Workum pour pratiquer les pêches traditionnelles.

 

Haut de la page

 

Vue générale

Cliquez sur les images pour les agrandir.

La proue L'ancre Le pont Le treuil avant
Le "trou d'homme" L'annexe La claire voie Un servo sous la claire voie
Le treuil du mât Le vrai treuil Le roof central Vue tribord
Le ton du mât Mâchoire de la corne Les panneaux L'autre claire voie
Gros plan de la claire voie Le mât Vue de face Le kwak copié...
La dérive latérale Vue générale Le palan de la vergue Le recepteur sous le rouf
Vue avant bâbord Le palan du beaupré Le safran La "baignoire"
Le mécanisme du safran Le panneau de descente La roue et la barre La roue du gouvernail

 

Haut de la page

C'est un Kwak transformé à la plaisance.

Échelle : 1/30ème. Longueur : 617 mm Largeur : 153 mm Hauteur : 540 mm

Poids maquette : 600g Lest : 2,60 Kg Surface de voilure: 0,13 m2

Période de construction : 2003.

Principaux bois utilisés : pin, sapelly, hêtre, peuplier, buis, tilleul et l'acacia. Métaux utilisés : laiton.

La documentation provient de la revue « Chasse-Marée", d’un plan dressé par Van C. de Haas de 1876, une visite au musée de La Rochelle, un reportage sur la Hollande au magasine télévisé de FR3, de photographies prises à Brest en 2000 et des plans que j’ai réalisé à partir des photos et des mesures relevées à Brest.

Cette maquette m'a demandé 500 heures de travail pour la coque (la première coque étant un esquisse) et les ponts et 250 heures de travail pour les mâts, voiles et cordages ainsi que 160 heures pour les réglages et les essais de la radio-commande.

C'est ma dixième maquette.

C’est aussi un défi que je me suis lancé. Réaliser une maquette en confectionnant moi-même les plans et, de plus, choisir une échelle pas trop grande mais permettant de radio-commander ce bateau.

 

Haut de la page