Retour mâts & gréementsRetour menu accueil

Le gréement de la trinquette et particularité...

Je décris ici les deux façons de gréer une trinquette et la particularité du gréement d'un foc sur un bout-dehors comparé au positionnement des focs sur un mât de beaupré.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Le gréement de la trinquette bômée est rare sur un voilier autre qu'un yacht. Le gréement classique de la trinquette Le gréement du foc sur un bout-dehors et muni d'un rocambeau Positionnement des focs sur les étais du mât de beaupré

Retour mâts & gréementsRetour menu accueil

Le gréement des focs

Le gréement de chaque foc ainsi que son positionnement et la particularité du clin-foc qui utilise un rocambeau. A noter que le hale-bas permet d'amener ou de descendre les focs qui doivent être cargués. Le hale-à-bord n'éxiste que si le foc utilise un rocambeau.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Le gréement du petit foc Le gréement du grand foc Le gréement du clin foc Détail du rocambeau sur le bout-dehors de clin-foc

Retour mâts & gréementsRetour menu accueil

Le gréement des civadières

Jusqu'à la fin du XVIIIème siècle, le mât de beaupré portait la vergue de civadière et celle de contre-civadière avec leur voile respective. Puis, les voiles furent supprimées, mais la vergue de civadière fut conservée pour servir à maintenir le bout-dehors du mât de beaupré.

La voile de civadière présente deux particularités :
Au début du XVIIème siècle, elle était percée de deux trous dans sa partie inférieure sur les cotés. Dans la moitié du XVIIIème siècle, un troisième trou dans son milieu inférieure fut aménagé. Ces trous étaient cousus ou entourés d'une mince ralingue en cordage. Ces orifices laissaient passer les paquets d'eau de mer en cas de mauvais temps car cette voile est trés basse.

La voile civadière postérieure à 1680, possèdent des bandes de ris croisées qui remplissent la même fonction que les trous. Grâce à ces ris, les marins amenaient la voile en biais, c'est-à-dire qu'il la réduisaient du coté du vent afin qu'elle n'entre pas en contact avec la surface de la mer.

Cliquer pour agrandirCliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandirCliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Les vergues de civadière et de contre-civadière. La voile de civadière Le gréement de la vergue de civadière Le gréement de la vergue de civadière (suite)