Retour types de voiles
Retour menu accueil

 

La voile carrée est à la fois la plus ancienne et la plus simple. C'est celle qui, jusqu'au XXème siècle, a composé l'essentiel de la garde-robe des grands voiliers à trois ou quatre mâts. Dans l'antiquité, les Egyptiens, les Grecs et les Romains l'utilisaient. Plus tard, les Vikings en équiperont leurs bateaux à clins. Les nefs du Moyen-Age gréeront également ce type de voile. Plus récement, la voile carrée fut répandue en Europe sur certains bateaux de pêche.

Bien qu'archaïque, ce gréement, également appelé traversier, présente de réelles qualités. D'abord, la voile carrée est la plus simple à confectionner puisqu'elle est taillée et cousue plate, sans toutefois lui donner de creux. De forme carrée ou rectangulaire, elle est suspendue à une vergue horizontale, elle-même hissée au mât par son milieu. Ses deux angles inférieurs peuvent indifféremment être armurés sur l'avant. Son parfait équilibre et sa symétrie lui confère une confortable stabilité aux allures portantes. Elle offre aussi une puissance de traction considérable par vent arrière, très utile pour traîner une drague ou tirer un chalut. Elle permet de remonter correctement au vent, même si elle est moins performante que les gréements au tiers ou à corne. Les drakkars, les traversiers et harenguiers du XVIIIème siècle en étaient équipés ainsi que les Fûtreaux de Loire ou les Faerings norvégiens

 

Fûtreau de la Loire Drakkar Galère romaine